Testing, Écritures & Arts
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 AYIN : L'Oeil des Dieux

Aller en bas 
AuteurMessage
ScarletAbyss
Admin
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 25/07/2016

MessageSujet: AYIN : L'Oeil des Dieux   Mar 9 Oct - 14:01

Le souffle chaud de l'enfant forme un nuage vaporeux devant son visage, puis s'efface dans l'espace. Elle ressert son sac de pèlerin sur ses frêles épaules, puis enfonce ses mains gelées de nouveau dans ses poches, reprenant la route. Il fait très froid, en cette saison dans la région de Yolérinn. Le Grand Gel n'était qu'à une semaine d'arriver, il fallait donc se dépêcher. Déjà, les animaux sauvages ont disparus de l'horizon. La nuit a étendu son manteau sombre sur le paysage et le silence règne. L'enfant tente de peine de garder les paupières ouvertes. Le vent froid fait larmoyer ses petits yeux, et la fatigue pèse sur son corps.

Au loin, la lumière d'une habitation jais de la noirceur. Faible, chancelante, l'enfant se décide à changer légèrement de cap et se dirige vers la maison illuminée. C'était une simple chaumière. L'enfant hésita, puis se décida à frapper. Elle tendit l'oreille, mais aucun son ne semblait pénétrer la lourde porte de bois franc. Elle leva le poing, prête à frapper de nouveau, mais la porte s'ouvrit aussitôt. La lumière qui provenait des bougies à l'intérieur de l'habitation aveuglèrent pendant un instant le regard de l'enfant qui porta par réflexe son bras devant ses yeux pour les protéger. Une voix ferme et grave se fit entendre.

- Qui va là?

Suivie aussitôt d'une voix plus douce:

- Mais par tous les dieux! Ce n'est qu'un gamin. Entres, entres mon petit.

La fillette baissa son bras lentement et devant ses yeux apparurent les silhouettes d'un homme et d'une femme. L'homme se tenait plutôt en retrait, les bras croisés, mécontent. La femme, elle, souriait tendrement et avait les bras tendus en signe d'ouverture. L'enfant passa le cadre de la porte, balayant de son regard le lieu inconnu. La chaumière n'avait rien d’exceptionnelle. Une table rectangulaire en bois cernée de chaises centrait la pièce principale. Quelques meubles ici et là, le foyer ouvert où brûlait quelques bûches, et une chambre unique au décor rustique. Un escalier de bois menait à une passerelle suspendue où on avait installé un petit lit. La dame de la maison prit l'enfant par les épaules et la poussa doucement vers une chaise où elle l'invita à prendre place. La fillette leva les yeux et son regard rencontra celui d'un petit garçon, assis face à cette dernière. Il la fixait sans un mot, et elle lui rendit un regard perplexe. Devant le gamin, un bol fumant reposait. La fillette se surprit à se lécher les lèvres sèches. Elle n'avait pas manger depuis hier et son ventre le lui rappelait. La gentille dame de la maison revint avec un verre d'eau et du pain, et la gamine se jeta dessus avec joie, murmurant un petit mot de remerciement en engouffrant une première bouchée de pain.

- Woah, woah! C'est qu'il avait faim, le petit canard, s'exclama l'homme de la maison.

- Ne manges pas trop vite, mon petit. Tu vas te faire mal au ventre, dit doucement la dame en emportant cette fois-ci une portion de potage bien fumante.

Sans répondre, la fillette avala une première gorgée du potage bien chaud. Elle se brûla un peu la langue, mais la faim la tiraillait tellement, qu'elle préféra ignorer un peu la douleur. L'homme de la maison la regardait sans un mot tout en déplaçant circulairement sa cuillère dans son bol. Le gamin en face de la fillette s'était désintéressé d'elle et n'avait de yeux maintenant que pour son bol qu'il dégustait lentement. La dame de la maison, elle, avait tiré une chaise près de la gamine et avait pris place à ses côtés. Elle s'était appuyée sur son avant-bras et regardait la fillette, le menton posé dans le creux de sa main. Elle fit preuve de patience, puis lorsqu'elle remarqua que la fillette semblait avoir rassasié quelque peu sa faim, elle demanda:

- Quel est ton nom, mon petit ?

L'enfant répliqua, les yeux toujours dans son bol:

- Shaé.

- Shaé, mon enfant, c'est la guerre qui t'a emmené ici ?

Shaé acquiesca lentement. Un moment de silence inconfortable s'installa. C'est la dame de la maison qui le brisa en murmurant, le coeur brisé:

- Que c'est terrible ...

Puis, elle se tourna vers son mari d'un air décidé.

- Albert, gardons notre invité pour la nuit.

- Hors de question.

- Nous ne pouvons pas laisser le pauvre petit dormir à la belle étoile à cette température!

- Linda, nous manquons d'espace à trois personnes. Où penses-tu le faire dormir, hein ?

- Ne sois pas si rustre! Le pauvre a subi la guerre et il est tout seul. Il peut prendre le lit de David pour ce soir et David dormira avec nous.

Albert regarda la petite avec mécontentement, puis se leva en grommelant. 

- D'accord, mais s'il brise quoique ce soit, je le mets dehors.

Il se retourna et se déplaça d'un pas lourd vers la chambre. Linda passa derrière David et posa un baiser sur sa tête. 

- Vas te coucher avec papa, David. Maman vous rejoindra sous peu. 

David se leva lentement et couru rejoindre son père. Pour sa part, Shaé regardait ses petites mains d'un air nostalgique. Linda lui sourit doucement.

- Ne t'en fais pas pour Albert. Il a un grand coeur, mais il ne sait pas comment le démontrer. Tu as fini de manger, n'est-ce pas? 

Shaé acquiesça. 

- Allez, viens. On va te sortir de ces vêtements glacés. Je dois bien avoir quelques vêtements chauds à te prêter pour la nuit.

Shaé se leva et suivit docilement la dame. Linda ouvrit une armoire et en sortit une longue chemise de nuit. 

- Elle est définitivement trop grande, mais cela devra faire pour ce soir.

Elle posa le vêtement à plat sur la table et se tourna vers Shaé pour l'aider à retirer ses vêtements. Shaé abaissa sa capuche, et Linda s'exclama, surprise:

- Oh, mais tu n'es pas un garçon!

Elle ria doucement et Shaé sourit timidement. Linda aida Shaé a se départir de son coupe-vent et de sa tunique. Elle sursauta à la vue de la grande balafre sur l'épaule gauche de la petite. Sans un mot, elle l'aida à enfiler la chemise de nuit. La chemise lui arrivait aux genoux et les manches étaient tombantes. Linda lui sourit et frotta doucement son dos. 

- Voilà, ma chère. Tu resteras au chaud, comme cela. Je vais étendre tes vêtements près du feu pour les réchauffer. Tu peux prendre le lit qui est sur la passerelle.

Shaé monta les marches lentement, puis se retourna vers Linda qui étendait les vêtements de l'enfant pas trop loin du foyer. Celle-ci tourna son regard vers Shaé, se sentant observée.

- Bons rêves, Shaé.

Shaé acquiesça timidement, puis continua sa montée. Elle se glissa sous le drap du petit lit en position fœtale. La chaleur du foyer semblait plus distante, maintenant qu'elle était en hauteur, et le froid extérieur avait laissé un mauvais souvenir sur la peau de l'enfant. Elle attendit que le silence s'installe, puis se leva et descendit à petits pas le grand escalier. Elle s'approcha de la porte d'entrée à pas de loup et agrippa son sac de pèlerin. Elle plongea sa main à l'intérieur, agrippa un petit objet, puis tourna les talons et remonta se glisser sous le drap. Toujours en position fœtale, elle serra entre ses petites mains et contre elle une petite pierre noire aux reflets indigo. Le son du crépitement des flammes bercèrent l'esprit de la fillette. Elle ferma lentement les paupières et sombra doucement dans le sommeil.


Dernière édition par ScarletAbyss le Lun 15 Oct - 2:08, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scarletabysstest.forumgratuit.fr
ScarletAbyss
Admin
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 25/07/2016

MessageSujet: Re: AYIN : L'Oeil des Dieux   Mar 9 Oct - 14:21

C'était un grand amphithéâtre extérieur de forme circulaire. De grands paliers s'élevaient ici et là, couverts de plantes grimpantes. Des oiseaux et des rongeurs venaient s'y promener avec aise. Au centre se tenait un autel sur lequel un énorme bol en verre rempli d'un liquide bleuté brillant fumait. Tout autour, des gradins s'élevaient, vides. Une vieille femme au milieu soignait un rosier, et semblait tenir une conversation avec elle-même. Elle cessa de parler lorsque l'enfant fut à proximité. Sans se retourner, elle lança dans sa direction:

- Ne soit pas timide, mon petit. Approche.

L'enfant serra ses mains avec nervosité et s'approcha lentement. La prêtresse déposa sa chantepleure sur le sol et se redressa. Elle pivota vers l'enfant. Son regard blanc se posa sur le visage de ce dernier. L'enfant eu un bref moment de recul : les yeux couleur blanc opalin de la prêtresse semblait percer son regard et fouiller son âme. Cette couleur d'iris, il le connaissait. C'était la couleur des marchombres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scarletabysstest.forumgratuit.fr
ScarletAbyss
Admin
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 25/07/2016

MessageSujet: Re: AYIN : L'Oeil des Dieux   Lun 15 Oct - 2:10

The Road to Ayin


AYIN (meaning): L'oeil de Dieu (hébreux)


ÉLU

IZABRAN (bosniaque)
VALDES (Suédois)
TOFA (Irlandais)
KAPILIH (Soudanais)
ELEGIT (Catalan)


Noms possibles
Valdelebran
Izakapi
Elegitofa
Desbran
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scarletabysstest.forumgratuit.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: AYIN : L'Oeil des Dieux   

Revenir en haut Aller en bas
 
AYIN : L'Oeil des Dieux
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» <@¿@> du 15 Avril : nébuleuse l'oeil de Dieu
» Astérix: Le Domaine Des Dieux en 3D
» les dieux (olympiens & dieux mineurs).
» l'oeil d'Horus
» les demi-dieux et les legs.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ScarletAbyss :: Forum de Tests :: FREELANCE STORIES :: Textes d'inspiration-
Sauter vers: